En tant que commissaire artistique internationale, j’ai le plaisir et l’honneur de travailler avec l’artiste franco-colombienne, Rosario d’Espinay Saint-Luc depuis 2012. Ce qui me touche profondément chez cette artiste c’est sa capacité à développer, année après année, son style spontané et sa sensibilité.

Paola Trevisan
Trevisan International Art
As an international art curator I have the pleasure and the honour to work with the
French/Colombian artist Rosario d’Espinay Saint-Luc since 2012. What I most appreciate
about this artist is her ability to develop her spontaneous style and her artistic sensibility
and to grow, year by year.

Paola Trevisan
Trevisan International Art
Trevisan En tant que commissaire artistique internationale, j’ai le plaisir et l’honneur de travailler avec l’artiste franco-colombienne, Rosario d’Espinay Saint-Luc depuis 2012.
Ce qui me touche profondément chez cette artiste c’est sa capacité à développer, année après année,
son style spontané et sa sensibilité. Au fil du temps, ses compositions et ses recherches artistiques ont evolué
mais il reste des éléments toujours présents dans ses œuvres et qui sont les piliers de son art: la recherche de la lumière,
des rythmes et de l’intensité. Parfois cette intensité devient fluide, légère, voir sensuelle comme dans sa plus récente série d’œuvres,
ETHER (nom de sa dernière exposition individuelle).
A d’autres moments cette intensité devient puissante et profonde comme dans la série bleue « Abyssal » ou la série des rouges.
Son style unique et personnel est reconnaissable et identifiable de la première oeuvre à sa dernière création.
Cette caractéristique démontre le talent et la solidité artistique de Rosario d’Espinay Saint-Luc.
Au mois de Juin, j’ai eu la chance d’observer l’artiste au travail, durant la résidence artistique annuelle que j’organise dans la région des Pouilles en Italie.
C’est toujours pour moi, une expérience très enrichissante de découvrir le cheminement créatif de Rosario.
Partant du vide, d’une toile vierge, l’artiste concentrée et dans un état de méditation, travaille en connexion totale avec la nature, principalement avec l’eau,
cet élément naturel qui est probablement l’élément de force dans son art.
Elle l’utilise dans sa création, suivant les rythmes de cet élément, dansant avec lui pour donner naissance à des formes, des transparences…
Ce voyage à travers l’univers artistique, unique, riche et touchant de Rosario, m’a permis de découvrir une personnalité passionnante, intime et profonde.
Cet univers en perpétuelle évolution, toujours en mouvement reste inextricablement connecté avec les éléments.

Paola Trevisan, Italie

Trevisan International Art,
Trevisan As an international art curator I have the pleasure and the honour to work with the French/Colombian artist Rosario d’Espinay Saint-Luc since 2012.
What I most appreciate about this artist is her ability to develop her spontaneous style and her artistic sensibility and to grow, year by year.

Her colours, formal compositions and artistic journey might have changed during the years but there are some elements that are always present because they are the fundamentals of Rosario’s art, such as the search for the light, rhythms and intensity.
At times this intensity becomes fluid and light – even sensual – like in her most recent group of paintings from which came the title of her last solo exhibition, Ether, and other times deep such as in her paintings with strong blue and red tonalities.
Yet, an unique and personal artistic style is always recognizable from the first painting until the very last one, it is a characteristic that shows the talent of Rosario d’Espinay Saint-Luc and her artistic solidity.
I had the chance to see the author at work during the annual June Artist Residency event I organize in Puglia in the south of Italy and it has always been a very inspiring experience seeing how Rosario creates her artworks.
Starting with a blank canvas, looking for perfect concentration and a state of meditation, she works in direct contact with nature, primarily water.
This natural element is probably Rosario’s strongest theme – she uses water in her artworks, following the rhythms of this element and she even dance with it, creating fluid rhythms, forms and transparencies.
Going through Rosario’s unique and profound art universe, it's an inspiring and touching journey that leads me to discover the passionate, intimate and profound artistic personality of Rosario d’Espinay Saint-Luc, in constant evolution but always inextricably connected with the elements of the earth.

  Paola Trevisan
Italy
Trevisan International Art
Rosario d' Espinay Saint-Luc présente et partage sa recherche intérieure à coups de pinceau et couteau.
Le sujet principal de son travail est la lumière créatrice qui prend la forme d'une abstraction matérielle.
À travers ses œuvres, elle recrée les éléments primordiaux et le spectateur entreprend ainsi un chemin initiatique guidé par l'éther, principe créateur.


Marco Caccavo
Aix en Provence
Critique d’Art

Rosario d’Espinay Saint-Luc presents and shares her inner personal exploration through strokes of a brush and knife.
The main subject of her work is the creative light that fills the void of her meditation and takes the form of a material abstraction. Throughout her works, she recreates the primordial elements and thus the viewer sets out on a path of initiation.


Marco Caccavo
Aix en Provence
Critique d’Art

Rosario d' Espinay Saint-Luc présente et partage sa recherche intérieure à coups de pinceau et couteau.
Le sujet principal de son travail est la lumière créatrice qui prend la forme d'une abstraction matérielle.
À travers ses œuvres, elle recrée les éléments primordiaux et le spectateur entreprend ainsi un chemin initiatique guidé par l'éther, principe créateur.
En effet, les éléments se présentent sous différentes formes pour les êtres humains qui en font expérience, mais le principe créateur est unique et radieux pour le ciel et pour la terre.
Dans le Bleu, celui des grandes toiles aquatiques et des couleurs raffinées et délicates, on est immergés dans le grand océan de la lumière qui prend la forme de l'eau, de l’élément d'où la vie naît et où on se sent libre.
En continuant ce voyage, le spectateur, qui s'est fait eau, rencontre et se complète de son opposé: le feu.
Ce dernier est le protagoniste des Rouges, où la couleur devient moyen pour la recherche de la profondeur.
Parmi ces tableaux, la lumière révèle la puissance de la chair et du désir, représentée à la manière d'une force primitive, fécondatrice et destructrice.
L'eau est devenue feu grâce à l’énergie créatrice, l'éther, qui anime le vivant de la terre et tous ses acteurs.
Cette force permet la connexion entre notre sentiment d'absolu et la matière qui fait briller les étoiles dans nos yeux.
Parce que l'éther est la nuance invisible qui donne la substance au présent,
comparable à la volonté de puissance qui nous anime et nous fait entendre, malgré tout, ce monde comme beauté sans fracture.
Avec le cœur pur et naïf, il faut se faire prendre la main que l'artiste nous tend car elle nous guide dans le monde de l'humain.
C'est dans cet esprit qu'il faut jouir du travail de Rosario d' Espinay Saint-Luc. Ses œuvres sont des invitations au voyage à l’intérieur de nous-même,
des miroirs de notre irrationnelle volonté d'être au monde et de le vivre pleinement:
volonté féconde comme l'eau, destructrice comme le feu, mais aussi sublime comme l’éther qui nous anime
et nous fait sentir faire partie de la beauté du cosmos.

Marco Caccavo
Aix en Provence
Critique d’Art
Rosario d’Espinay Saint-Luc presents and shares her inner personal exploration through strokes of a brush and knife.
The main subject of her work is the creative light that fills the void of her meditation and takes the form of a material abstraction. Throughout her works, she recreates the primordial elements and thus the viewer sets out on a path of initiation.
In The Blue, that of grand aquatic canvases and refined, delicate colors, we are immersed in the great ocean of light that takes the form of water, the element from which life is born and in which we feel free.
As children again, we flutter about as we did in our mother’s womb and wander in our imagination.
In continuing this voyage, the spectator, who is made of water, meets himself and completes himself with his opposite: fire, the protagonist of The Reds, in which the color becomes a means of searching deepness.
In these paintings, light reveals the power of flesh and desire, depicted in the style of a primitive, fertile, destructive force.
The child, who swam a moment ago, finds himself burning before the beating of his heart and the heat of his blood. The water has become fire thanks to the creative energy that animates the living of the Earth and all its actors.
With a pure and innocent heart, we must let ourselves be taken by the hand that the artist extends to us at the ends of her brushes as she guides us through the world of humans.
It is in this spirit that we must enjoy the work of Rosario d’Espinay Saint-Luc. Her works are invitations to voyage inside ourselves, mirrors of our irrational willingness to be in the world and to live fully: a willingness which is fertile like water, destructive like fire, but also sublime like the ether that animates us and makes us feel a part of the beauty of the cosmos.

Marco Caccavo
Aix en Provence - France
Critique d’Art
Rosario d’Espinay Saint-Luc est née à Palmira en Colombie en 1971 d’un père français et d’une mère Colombienne.
Depuis 1995, date de ses débuts en peinture, Rosario a fait beaucoup de chemin avant de venir s’installer en France : nous sommes alors en 2001.
Si elle contemple avec un vif intérêt les toiles de Van Gogh, Rembrandt ou Picasso elle est tout autant vivement et naturellement attirée par l’abstraction.
Rosario est avant tout une artiste libre avec un grand besoin d’amplitude. Refusant le spectaculaire l’artiste crée d’abord un espace sensible et saisissant.

Bernard Boscher

Rosario d’Espinay Saint-Luc was born in Palmira, Columbia in 1971 of a French father and Columbian mother.
Since 1995, the year when she first took up painting, she travelled widely before finally settling in France in 2001.
While falling under the spell of the work of Van Gogh, Rembrandt or Picasso, she is above all drawn to abstract art.
Rosario is above all a free-spirit, an artist who feels compelled to think big. She is not trying for cheap effects but is rather seeking to create images that sensitize and grip the imagination.

Bernard Boscher

Rosario d’Espinay Saint-Luc est née à Palmira en Colombie en 1971 d’un père français et d’une mère Colombienne.
Depuis 1995, date de ses débuts en peinture, Rosario a fait beaucoup de chemin avant de venir s’installer en France : nous sommes alors en 2001.
Si elle contemple avec un vif intérêt les toiles de Van Gogh, Rembrandt ou Picasso elle est tout autant vivement et naturellement attirée par l’abstraction.
Rosario est avant tout une artiste libre avec un grand besoin d’amplitude. Refusant le spectaculaire l’artiste crée d’abord un espace sensible et saisissant.
Parfois en relief, mais le plus souvent lissé, le travail varié de la matière garde vivante une trace « écorchante » comme issue d’une blessure insidieusement perceptible.
Avec les séries « racines » ou « paysage », la violence de la griffe est chaque fois analysée et conduite à l’issue d’un long travail de réflexion.
L'esprit qu'elle donne à la couleur prend un élan strictement symbolique et métaphysique. Le faisceau de lumière s'égare pour mieux pénétrer la matière et rendre une dimension visuelle énergique et sensuelle.
Sur la surface, l’exercice crée une forme de lecture multi-niveaux, comme pour révéler un spicilège de signes initiaux.
Mélange heureux de force et de délicatesse les effets de matières sont parfaitement illustrés quelle que soit la nuance.
Rosario utilise une large palette, toutefois les bleus, associés aux noirs ont souvent sa préférence.
L’ensemble entre en fusion dans l’intervalle du vide et de la matière. Chaque tableau s’impose comme un événement plastique inattendu mais décisif.
Il met en œuvre matière et manière dans ce qui semble le fruit d’un effet aléatoire mais qui de fait, ne doit son existence qu’en un acte de pure émotion.
Dans une constante métamorphose, Rosario change d'harmonie et s'enrichit chaque minute de nouvelles expériences.
On ressent dans cette évolution, l'artiste qui murit, qui trouve, et explore encore et toujours. Rosario, c'est l'engagement total...
Dés lors, qu'elle soit et demeure elle-même; avec un tel talent le reste importe peu !...
Si l’artiste est venue tout naturellement à l’abstraction, c’est aussi parce que cette dernière lui permet au-delà d’une limite organique une expression spontanée de ses sentiments et de ses exhortations.
On ressent chez l’artiste toujours ce besoin de se rapprocher humainement des autres et ainsi, de s’affirmer en nous offrant ce qui vibre si puissamment en elle.
Rosario d’Espinay Saint-Luc a su se détacher de l’œuvre de ses débuts pour nous révéler une écriture universelle qui se veut le reflet de valeurs auxquelles elle continue de croire et qu’elle sait pouvoir partager avec chacun d’entre nous.
La création ne se révèle pas par les excès ou les outrances, mais au travers d’une indéfinissable impression de paix, écho sans nul doute des aspirations profondes de l’artiste.
Voilà un talent qui n'en restera pas là et que l'on pourrait bien vite retrouver dans les plus grands salons.

Bernard Boscher
Rosario d’Espinay Saint-Luc was born in Palmira, Columbia in 1971 of a French father and Columbian mother.
Since 1995, the year when she first took up painting, she travelled widely before finally settling in France in 2001.
While falling under the spell of the work of Van Gogh, Rembrandt or Picasso, she is above all drawn to abstract art.
Rosario is above all a free-spirit, an artist who feels compelled to think big. She is not trying for cheap effects but is rather seeking to create images that sensitize and grip the imagination.
Sometimes she uses raised layers to make a relief, but for the most part the paint is applied smoothly albeit variably. To this she adds “scratches”, almost like wounds that can be seen and felt as if they could actually be harmful.
In her series « roots » or « landscape », each jagged scratch is thought through and only completed after many hours of careful reflection. She endows colour with a strong symbolic and metaphysical force. Strands of light go off in different directions, all the better to burrow into the work and give off a dynamic and sensual depth, while on the surface the works can be read at different levels, as if trying to reveal a collection of early-warning signals.
She successfully contrasts strength and lightness of touch in the handling of her materials and this can be seen clearly in every shade and nuance. Although Rosario uses a broad palette of colour, she often shows a preference for blues, allied to shades of black.
It all works well together in the space between emptiness and drawn image. Each canvas makes a statement that is bold and unexpected but unequivocally real. There is an interplay between the medium and how the medium is given expression that may appear haphazard but in fact finds its wellspring in pure emotion.
Forever changing, Rosario changes tempo and rhythm and is nourished the whole time by new experiences.
You can feel the artist learning from these experiences, searching, finding, exploring.. With Rosario you have total commitment. Going forward, may she be and remain true to herself as with talent like hers, nothing else really matters!
If this artist came to abstract art quite naturally it is also because this way of expressing herself enables her to go beyond certain natural limits to achieve a spontaneity of feeling and conviction.
You can sense how much she always needs to be able to get close to other human beings and in this way to share with us everything that stirs her so strongly.
Rosario d’Espinay Saint-Luc has managed to move on from her earliest work and in the process open up a universal artistic language which strives to reflect everything she believes in and which she knows she can share with each and every one of us.
Her creativity does not mean going over the top or being outrageous, but rather through her indefinable serenity it echoes, without any shadow of doubt, her deepest aspirations.
We have here a talent that will go far and will in all probability soon be found in major art galleries.
Bernard Boscher
Il est enrichissant de regarder les toiles de Rosario dans la douceur d’une lumière discrète.
C’est là que ses toiles se révèlent sans se dévoiler ; même si l’on ne voit pas tout, l’énergie des couleurs et des formes s’impose comme une présence mystérieuse, secrète, presque palpable, juste un peu évanouie.
C’est assez dire que la lumière vient du dedans des tableaux..

Raymond Tétart
Chargé de cours « Histoire de l’Art »
Université de Provence

Il est enrichissant de regarder les toiles de Rosario dans la douceur d’une lumière discrète.
C’est là que ses toiles se révèlent sans se dévoiler ; même si l’on ne voit pas tout, l’énergie des couleurs et des formes s’impose comme une présence mystérieuse, secrète, presque palpable, juste un peu évanouie.
C’est assez dire que la lumière vient du dedans des tableaux..
Du plus profond de l’intensité des couleurs qui nous donnent à voir des traces, des empreintes, des cicatrices, des ouvertures possibles.
Traces énigmatiques de hautes civilisations disparues, ouvertures du fond des océans par où s’échappent des laves d’incandescence.

Il y a beaucoup de vigueur dans ces compositions risquées, dans ces stridences dominées de couleurs voisines.
Il y a beaucoup de spiritualité dans ces invitations aux voyages et à la méditation.
Les toiles de Rosario sont exigeantes ; ce sont des épiphanies, jamais des trompe-l’œil.

Mais dans ces somptueux emportements, Rosario n’oublie pas de contester l’esthétiquement correct, la vision unique.
C’est un jeu pour elle que d’assembler différemment huit petites toiles ; « et, si c’était plutôt comme cela ? » - semble-t-elle nous dire « ou plutôt ainsi ? » « et si j’enlève deux toiles ? » Et à chaque fois, il y a cohérence mais elle est diverse.
Elle vient du regard ironique de l’artiste sur une œuvre en perpétuelle transformation.
Dans ses « Ménines », Velasquez se recule un peu devant sa toile et il nous regarde et on ne sait pas ce qu’il peint.
Mais en même temps, nous voyons son tableau fini qui s’interroge lui-même et nous interroge, nous spectateurs.
Où sommes-nous dans cette histoire ? Il y a de ce doute dynamique, impétueux, mouvementé, baroque pour tout dire, dans le travail que Rosario nous propose aujourd’hui.

Beaucoup de choses restent à venir, le surgissement lent d’un continent nouveau dans cette coulée de blanc entre des bleus profonds de gorges abyssales.
Beaucoup de choses restent à dire. A l’écoute du chant profond de Rosario, nous sommes remplis d’attentes et de confiance.

« L’art est une route qui finit en sentier, en tremplin, mais dans un champ à nous » (René Char)


Raymond Tétart
Chargé de cours « Histoire de l’Art »
Université de Provence