Rosario Rosario d’Espinay Saint-Luc est née en 1971 à Palmira, en Colombie.
Fille de Bertha Valdes Escandon qui part pour la France en 1973 où elle se marie à Michel d’Espinay Saint-Luc.
Rosario vit avec ses grands-parents pendant deux ans. En 1975, le nouveau couple rentre en Colombie et Michel adopte Rosario.
Trois autres enfants naissent de cette union et en 1977 la famille s’installe en Equateur.
A Quito, Rosario fréquente le lycée français où elle passe beaucoup de temps à dessiner.
Déracinée, mal dans sa peau et en difficulté scolaire, elle décide de passer l’option « Art plastique » au Baccalauréat.
Elle est notée par Oswaldo Guayasamin (peintre équatorien de renom), qui lui attribuera une mauvaise note.
Piquée au vif par ce qu’elle considère comme un échec cuisant, elle mettra alors toute son énergie pour montrer ce dont elle est capable. Une passion nait. C’est en 1995, qu’elle intègre l’atelier du peintre espagnol Miguel Gayo.
Trois années durant, elle réalise des études de dessin de portraits et de nus. Dès 1996, elle s’initie seule, en parallèle, à l’art Abstrait son premier amour.
Elle côtoie très rapidement des artistes latino-américains qui partagent leurs expériences avec elle.
2000 est l’année de sa première exposition individuelle à la « Galerie de las Artes Kingman » de Quito. Cette exposition rencontrera un grand succès.
A la suite de cette dernière elle voyage en France et en Europe.
Elle se nourrit et enrichit sa recherche artistique au contact des œuvres des différents artistes ayant marqué l’histoire de l’Art.
L’œuvre de Zao Wou-Ki l’émeut profondément. Elle est bouleversée par ce grand maître.
Sa vision picturale et émotionnelle aura une influence importante sur son travail.
Le livre de Kandinsky « Du spirituel dans l’art » devient son livre de chevet.
En 2001 elle a trente ans, elle quitte l’Equateur et s’installe dans le sud de la France, en Provence.
Son travail est fortement influencé par la luminosité de cette région et ses couleurs deviennent éclatantes. Rosario d’Espinay Saint-Luc s’inscrit dans une esthétique qui lui est propre.
Elle développe un style personnel au carrefour de ses deux cultures, française et latino-américaine.
Des inspirations picturales métissées, des lumières aux contrastes très différents façonnent lentement son travail pour donner naissance à un monde intuitif, lyrique, mais aussi un monde chargé des épisodes complexes d’une vie.
Ses thèmes de prédilection sont la recherche de la lumière, l’énergie vitale et les éléments.
Elle utilise l’eau et les pigments pour faire jaillir la lumière et les profondeurs comme dans sa série « Abyssal » et les transparences, le mouvement comme dans sa série « Ether » ou « Fragments ». Elle parcourt son enfance, sa vie d’adulte, nous livre par petites touches son ressenti, sa vision du monde, ses joies et ses craintes.
Rosario Rosario d’Espinay Saint-Luc was born in the city of Palmira, Colombia in 1971.
Her mother, Bertha Valdes Escandon, left for France in 1973, where she married Michel d’Espinay Saint-Luc.
During this time, Rosario lived with her grand-parents for two years. In 1975, the new couple came back to Colombia and Michel adopted Rosario.
They had three other children and in 1977 the family moved to Ecuador.
In Quito, Rosario attended the Lycée français where she spent a lot of her time drawing.
Uprooted, lacking confidence, and with educational difficulties, she chose to take the Art option for her A-levels, or French Baccalauréat.
She was evaluated by Owaldo Guayasamin (a well-known Ecuadorian painter), who scored her poorly.
She felt deflated by his comments and decided to dedicate all of her energy in order to prove her potential.
A passion was born. In 1995, she joined the workshop of the Spanish painter Miguel Gayo.
For the next three years, she explored the study of nudes and portraiture. In 1996, in parallel to her studies, she started on her own in abstract art, her first love.
She rapidly met Latin-American artists with shared experiences. In the year 2000 she carried out her first exhibition at the « Galería de las Artes Kingman » in Quito.
This exhibition was a great success. Following this exhibition she traveled to France and around Europe.
Her research was inspired and nourished by an array of artists who had a profound effect on art history.
Zao Wou-Ki’s works of art profoundly moved her. She was overwhelmed by this great master. His pictorial vision and emotional sensitivity has influenced her work.
Kandinsky’s book « The spiritual in art » is her most prized possession and the most influential book on her shelf.
In 2001, she decided to leave Ecuador to live in Provence in the South of France.
Her work is strongly influenced by the diversity of the lights of this region and her colours became increasingly radiant.
Rosario d’Espinay Saint-Luc has joined her own aesthetics, developing a personal style in the crossroads of her two cultures: French and Latin-American.
Mixed pictorial inspirations, lights in very different contrasts slowly shaped her work to give rise to an intuitive, lyric world, but also a world loaded with the complex episodes of a life.
Her favorite themes are the pursuit of light, vital energy and the elements.
In her « Abyssal » series, she uses pigments and water to make the light and the depths spring forth.
Transparencies or motions illustrate her « Ether » or « Fragment » series. Through her work she tell us about her childhood and adult life.
She shares her feelings, her vision of the world, her joys and her fears.